Economic Justice

Justice économique

BWA World Congress Resolution 1970.4

The Twelfth Baptist World Congress, meeting in Tokyo, Japan, during July 12-18, 1970, notes with deep concern the continuing and increasing lack of economic self-sufficiency suffered by the majority of the inhabitants of the world, particularly those who are citi-zens of the developing countries.

Notwithstanding the vast technological advances which have brought an environment of abundance to one-third of the human race, the other two-thirds—more than two thousand million individuals—are still suppressed by the limitations created by past failures and present circumstances. Consequently they have not been able to make the transition to self-sustaining economic growth. Life for them is held in the confines of hunger, malnutrition, poverty, illiteracy, and disease.

The gap between the richer and poorer countries is already a chasm which widens with compounded acceleration. While Western countries enjoy per capita incomes rising to the $3,500 range, their fellows in the developing countries struggle for survival on per capita incomes of less than $100.

Most of mankind, denied sufficient food, clothing, education, shelter, and medical care, is unable to sustain basic human dignity or find opportunities for self-fulfillment. The population explosion adds to the dimensions of this human tragedy for each successive generation.

This Congress affirms that the Christian gospel is the declaration of the Divine purpose and provision for man in the totality of his being as expressed in our Lord’s manifesto recorded in part in Luke 4:18 (RSV): “The Spirit of the Lord is upon me, because he has anointed me to preach good news to the poor. He has sent me to proclaim release to the captives and recovering of sight to the blind, to set at liberty those who are oppressed. . .”

It calls upon the wealthy nations of the world to give priority to the interests of all humanity, to increase aid in all practical forms to the developing countries, and to set as a minimum objective to be attained with all possible haste the provision of such aid to the level of at least one percent of the gross national product from each.

This Congress calls upon all Baptists, according to their abilities and opportunities, to further the program of economic justice both by their influence as citizens and by their support of Baptist World

BWA World Congress Resolution 1970.4

Relief and the work of other worthy voluntary agencies providing economic aid and development services.

Citations

Bibliographie de la source originale: Bryant, Cyril E., éditeur. La réconciliation par le Christ : Rapport officiel du douzième congrès, Tokyo, Japon, 12-18 juillet 1970. Valley Forge : Judson Press, 1971.

Source originale Note de bas de page / Note de fin de page : Cyril E. Bryant, éd, La réconciliation par le Christ : Rapport officiel du douzième congrès, Tokyo, Japon, 12-18 juillet 1970 (Valley Forge: Judson Press, 1971), pp. 253-254.

Citation complète du document en ligne : BWA World Congress Resolution 1970.4 Justice économique; https://www.baptistworld.org/resolutions.

Citation de document en ligne dans le texte : (BWA World Congress 1970.4).

Economic Justice

L'intendance et la survie de l'homme sur cette terre

BWA World Congress Resolution 1970.3

We, the representatives of the Baptist World Alliance assembled in Tokyo in July, 1970, acknowledge that . . .

In this world we are called to be fellow workers with God in fulfilling his creative intention. The possibilities which he has placed in his creation wait upon us for their fulfillment. They provide an area in which we may exercise our God-given creative freedom and be truly God’s sons.

We acknowledge the sinfulness of our torn humanity. We have too often prostituted scientific knowledge to our own ends and used our technology to exploit the natural order for private and public greed.

We urge all men of good will to mend the ravages which we have inflicted and we are inflicting on our natural resources—air, water, plant life, and animal life. We would encourage all efforts, public and private, which are activated by such a concern.

We believe that God wills the blessing of good health for all his children and that all healing gifts come from God. We urge special attention to be given to the allocation of these healing gifts so that the world’s poor and forgotten people shall receive their just share.

We support all efforts which are rooted in the biblical concept of the sanctity of life and the integrity of human personality to limit the population of the earth.

We would, above all, urge our churches to place the gospel of Christ in the center, knowing that ultimately only in and through him and men’s acknowledgement of him, can the greed and selfishness of arrogant sinful man be dealt with effectively.

We would, however, declare our conviction that as Christians we are called upon to play our part not only in redeeming men but also in supporting all efforts to prevent the further destruction of our natural environment and to return nature to that balanced ecology that the Creator intended. We do this always with our eyes upon the ultimate consummation in Christ when God’s full purpose shall stand complete.

Citations

Bibliographie de la source originale: Bryant, Cyril E., éditeur. La réconciliation par le Christ : Rapport officiel du douzième congrès, Tokyo, Japon, 12-18 juillet 1970. Valley Forge : Judson Press, 1971.

Source originale Note de bas de page / Note de fin de page : Cyril E. Bryant, éd, La réconciliation par le Christ : Rapport officiel du douzième congrès, Tokyo, Japon, 12-18 juillet 1970 (Valley Forge: Judson Press, 1971), pp. 252-253.

Citation complète du document en ligne : BWA World Congress Resolution 1970.3 L'intendance et la survie de l'homme sur cette terre; https://www.baptistworld.org/resolutions.

Citation de document en ligne dans le texte : (BWA World Congress 1970.3).

Economic Justice

Résolution sur la corruption

Résolution 2014.4 du Conseil général de la BWA

Le Conseil général de l'Alliance baptiste mondiale, réuni à Izmir, en Turquie, du 9 au 11 juillet 2014 :

RECONNAÎT que chaque être humain est créé à l'image de Dieu et a donc une valeur intrinsèque pour Dieu et pour le monde (Genèse 1:26-27) ;

AFFIRME que Dieu appelle tous les peuples à faire la justice, à aimer la bonté et à marcher humblement avec Dieu (Michée 6:8) ;

RECONNAÎT que Jésus nous commande d'aimer Dieu et d'aimer notre prochain comme nous-mêmes comme un modèle de pratique de la justice dans le monde d'aujourd'hui (Marc 12, 33) ;

APPROUVE la transparence et l'intégrité dans tous les aspects de la vie publique, comme le réclame la campagne Exposed, un appel confessionnel à mettre fin à la corruption dans les secteurs du gouvernement et des affaires.

SE JOIGNE aux frères et sœurs de diverses communautés de foi, dont le Conseil œcuménique des Églises et l'Alliance évangélique mondiale, pour signer cette lettre publique adressée aux dirigeants des nations du G20 réunis à Brisbane, en Australie, en novembre 2014 :

Nous, les dirigeants des communautés confessionnelles, publions cette lettre qui appelle à l'intégrité et à la transparence dans la vie publique.

Nous faisons partie de la campagne mondiale EXPOSED, qui représente un milliard de personnes dans 170 pays et qui prend position contre la cupidité, les accords secrets et les abus d'influence publique, qui se produisent partout et touchent surtout les plus pauvres. En 2010, les pays en développement ont perdu environ 1,2 milliard de dollars américains en raison des flux financiers illicites et l'évasion fiscale associée à la mauvaise fixation des prix du commerce coûte aux pays en développement 1,2 milliard de dollars par an. La vie de 230 petits enfants pourrait être sauvée chaque jour si les problèmes de corruption étaient réglés et si les fonds nécessaires au développement étaient débloqués.

En tant que responsables religieux, nous nous repentons de toutes les pratiques qui ont pu contribuer à la corruption, et nous nous amendons. Et nous appelons les gouvernements du G20, qui ont une influence sur la quasi-totalité des multinationales opérant dans le monde, à promouvoir une plus grande transparence dans leurs affaires financières.

Auparavant, les dirigeants financiers du G20 ont eu l'occasion de s'attaquer à la corruption et à l'évasion fiscale dans les entreprises multinationales et chez les fonctionnaires. En novembre, les chefs de gouvernement pourraient

Résolution 2014.4 du Conseil général de la BWA

approuver ces mesures lors d'une réunion historique en Australie. Nous prions pour que, dans l'accomplissement du mandat du G20, les politiques que vous formulerez rétablissent l'équité et empêchent la cupidité.

ENCOURAGE toutes les églises, conventions et unions baptistes à pratiquer la justice, la responsabilité et la transparence dans toutes leurs activités ;

PRIE INSTAMMENT tous les baptistes d'attirer l'attention sur la corruption qui peut exposer, et expose effectivement, des personnes à des souffrances inutiles.

APPELLE les baptistes du monde entier à prendre des mesures pour combattre la corruption à tous les niveaux, conformément au commandement biblique de faire preuve de justice, d'aimer la bonté et de marcher humblement avec Dieu.

Citations

Bibliographie de la source originale: Callam, Neville, rédacteur en chef. Annuaire de l'Alliance baptiste mondiale 2014 : Procès-verbal de la réunion du Conseil général et annuaire. Falls Church, VA : Alliance baptiste mondiale, 2014.

Source originale Note de bas de page / Note de fin de page : Neville Callam, ed., Annuaire de l'Alliance baptiste mondiale 2014 : Procès-verbal de la réunion du Conseil général et annuaire (Falls Church, VA : Baptist World Alliance, 2014), pp. 140- 141.

Citation complète du document en ligne : Résolution 2014.4 du Conseil général de la BWA Corruption; https://www.baptistworld.org/resolutions.

Citation de document en ligne dans le texte : (Résolution 2014.4 du Conseil général de la BWA).

Economic Justice

Fin de l'embargo des États-Unis d'Amérique (USA) sur Cuba

Résolution 2013.7 du Conseil général de la BWA

Le Conseil général de l'Alliance baptiste mondiale se réunit à Ocha Rios, en Jamaïque, du 1er au 6 juillet 2013 :

RECONNAÎT que plus de deux décennies se sont écoulées depuis la fin de la guerre froide et que la plupart des manifestations négatives de cette lutte ont été atténuées, à l'exception du maintien de l'embargo des États-Unis contre Cuba, commencé en 1960 ;

AFFIRME que l'embargo ne sert pas les intérêts des États-Unis, de Cuba ou de la famille internationale des nations, et encore moins les intérêts du Corps du Christ en général, et de la famille baptiste en particulier ; et

RAPPELLE la résolution qu'il a adoptée lors de ses réunions à Montego Bay (Jamaïque) en 1992 et à La Havane (Cuba) en 2000, dans laquelle il demandait aux gouvernements "de supprimer les sanctions économiques relatives aux denrées alimentaires et aux médicaments" et "de réexaminer l'opportunité du recours aux sanctions économiques dans le but d'encourager des changements dans les situations politiques ;".

NOTE que plusieurs organismes baptistes aux États-Unis, dont deux conventions américaines affiliées à la BWA - les American Baptist Churches USA et la Progressive National Baptist Convention - se sont opposés à l'embargo depuis plus de deux décennies ; et

RECONNAÎT que, chaque année, au cours des 21 dernières années, l'Assemblée générale des Nations unies a voté - à la quasi-unanimité - en faveur de la levée de l'embargo ;

RAPPELLE la croyance largement répandue selon laquelle la levée de l'embargo améliorera les conditions de vie des Cubains et offrira de plus grandes possibilités de commerce, d'éducation et de voyage ;

INVITE les organisations membres de l'Alliance baptiste mondiale à se montrer solidaires des baptistes cubains qui ont subi les conséquences négatives de cet embargo ;

SE FÉLICITE des progrès réalisés dans les relations entre les États-Unis et Cuba et invite instamment le gouvernement américain à lever toutes les restrictions qui subsistent en matière de voyages à Cuba pour les citoyens américains and
end l'embargo contre Cuba et à rétablir des relations diplomatiques officielles avec le gouvernement cubain

APPELLE les gouvernements des États-Unis et de Cuba à mettre en place un processus de négociation des griefs bilatéraux légitimes.

Citations

Résolution 2013.7 du Conseil général de la BWA Fin de l'embargo des États-Unis d'Amérique (USA) sur Cuba

Bibliographie de la source originale: Callam, Neville, rédacteur en chef. Annuaire 2013 de l'Alliance baptiste mondiale : Procès-verbal de la réunion du Conseil général et annuaire. Falls Church, VA : Alliance baptiste mondiale, 2013.

Source originale Note de bas de page / Note de fin de page : Neville Callam, ed., Annuaire 2013 de l'Alliance baptiste mondiale : Procès-verbal de la réunion du Conseil général et annuaire (Falls Church, VA : Baptist World Alliance, 2013), pp. 142-143.

Citation complète du document en ligne : Résolution 2013.7 du Conseil général de la BWA Fin de l'embargo des États-Unis d'Amérique (USA) sur Cuba; https://www.baptistworld.org/resolutions.

Citation de document en ligne dans le texte : (Résolution 2013.7 du Conseil général de la BWA).

Economic Justice

Gratitude pour la vie et le ministère de George Liele

BWA General Council Resolution 2013.2

BWA General Council Resolution 2013.2 Gratitude for Life and Ministry of George Liele

The General Council of the Baptist World Alliance, meeting in Ocho Rios, Jamaica, July 1-6, 2013:

RECOGNIZES George Liele as the first ordained black Baptist minister in America and a pioneer leader of Black churches in the USA of America;

ACKNOWLEDGES George Liele, founder of the First African Baptist Church in America and leader of churches in South Carolina and Georgia, who contributed to the development of church leaders including David George, Jessie Peters and Andrew Bryan in USA, and others in Africa, the Caribbean and Great Britain;

NOTES that George Liele evacuated with the British after the American Revolutionary War and, while many remained enslaved, he chose to migrate to Jamaica with his wife Hannah and their four children and ministered there for over forty years; and

LAUDS George Liele as the first Baptist missionary, ten years before William Carey sailed for India and thirty-three years before Adoniram Judson sailed for Myanmar; and

RECALLS that George Liele planted the first Baptist church in Jamaica, with membership drawn from both enslaved and free persons who had not been exposed to an ordained Black minister of the Gospel;

COMMENDS George Liele who, along with fellow American missionary, Moses Baker, whom he baptized, maintained correspondence with Dr. John Rippon and other Baptists and, together with other Ethiopian Baptists, including Parson Kellick, Thomas Swigle, George Gibb, George Vineyard, Miss Cooper and George Lewis, worked for the flourishing of the cause of Christ among the Jamaican people; and

OFFERS thanks and praise to God for the life and ministry of George Liele and places on record its gratitude to God for the remarkable life and legacy of this pioneer of Baptist mission.

Citations

Résolution 2013.7 du Conseil général de la BWA Fin de l'embargo des États-Unis d'Amérique (USA) sur Cuba

Bibliographie de la source originale: Callam, Neville, rédacteur en chef. Annuaire 2013 de l'Alliance baptiste mondiale : Procès-verbal de la réunion du Conseil général et annuaire. Falls Church, VA : Alliance baptiste mondiale, 2013.

Source originale Note de bas de page / Note de fin de page : Neville Callam, ed., Annuaire 2013 de l'Alliance baptiste mondiale : Procès-verbal de la réunion du Conseil général et annuaire (Falls Church, VA : Baptist World Alliance, 2013), pp. 142-143.

Citation complète du document en ligne : Résolution 2013.7 du Conseil général de la BWA Fin de l'embargo des États-Unis d'Amérique (USA) sur Cuba; https://www.baptistworld.org/resolutions.

Citation de document en ligne dans le texte : (Résolution 2013.7 du Conseil général de la BWA).